Il était une fois un roi et une reine qui n'arrivaient pas à avoir d'enfant. Un jour, alors que la reine s'était assise près d'une rivière, un crapaud sautât dans sa main et lui assura qu'elle aurait bientôt une fille.
Effectivement, neuf mois plus tard, naissait une charmante princesse. Ses parents organisèrent une grande fête, ils essayèrent d'inviter les fées du royaume malheureusement elles étaient toutes parties à un séminaire à Punta Cana, toutes sauf une, trop âgée pour un si long voyage. Elle décida de se rendre à cette réception car elle avait entendu parler des légendaires repas cuisinés par la reine.

Quand elle arriva dans le petit palais de banlieue parisienne, tout le monde fût horrifié par sa grande laideur et ses poils dans les oreilles. Elle alla jusqu'au berceau de l'enfant et se pencha dessus. Une fée n'a droit qu'à un vœu, il ne fallait donc pas se tromper. Dans l'assemblée, les pronostics allaient bon train : la beauté disaient les uns, l'intelligence disaient les autres, les lèvres rouges suggéraient certains, championne de foot lança même un petit garçon. La vieille fée fit signe à tous de se taire.
– " Cette enfant aura… un papa chéri ! "
– " Ohhhh non!…"  firent les autres, " un papa chéri ça ne sert à rien ! "
La vieille femme ricana et disparut emportant avec elle une marmite remplie des meilleurs mets du banquet. Aussitôt le roi s'évanouit, quand il revient à lui, il était transformé.
– "J'ai mal au crâne! " dit-il. "J'ai des histoires plein la tête."
Il comprit que pour ne plus avoir mal il devait raconter toutes ces histoires à sa fille et il en avait tellement qu'il commençait dès le petit déjeuner. Mais c'était celles du soir que la petite princesse préférait. Elle courait se jeter dans son lit et attendait que son père s'assoit sur son lit pour lui raconter la fin des aventures inventées dans la journée.
– " Papa raconte moi encore l'histoire du petit fantôme " disait la princesse. " Allez Papa!!!! Racooooonte! "
Parfois le roi ne savait plus où il en était et se mit alors à les écrire pour ne plus les oublier.
C'est ainsi que la princesse grandit.
A 22 ans, elle partit du château les valises chargées des livres de son père et se mit à travailler. Elle ne savait ni parler aux oiseaux, ni filer la paille pour la transformer en or, elle n'était pas la plus jolie, n'avait pas les lèvres rouges comme le sang, ne savait pas jouer au foot non plus… Elle rencontra quand même son prince charmant. Ils eurent deux enfants et se pacsèrent pour payer moins d'impôts.

Le soir, elle s'asseyait sur le lit de sa fille et lui lisait les histoires de son père.
– " Encore une histoire maman! Encore une et puis je dors! "
– " Tu demanderas à Papou de t'en inventer d'autres " lui disait-elle.

Mais le vieux roi était bien malade, devant sa fille il faisait bonne figure mais il s'affaiblissait jour après jour. Effrayer de perdre son père elle alla consulter sa bonne marraine la fée.
– " Un papa chéri ne meurt jamais n'est-ce pas? "
La fée baissa les yeux tristement.

Et puis un jour, le téléphone sonna.

Il n'est pas vrai qu'un papa chéri disparaisse à tout jamais, il reste ses histoires écrites, celles publiées et puis toutes les autres gravées à jamais dans la tête de sa fille.

CLEOPATRE_HODEIR_UNGERER

André Hodeir (21 janvier 1921 - 1er novembre 2011)