Quand madame Gratouilles était enfant, il ne se passait pas un jour sans qu'elle ne gribouilla sur une feuille, et ce qu'elle préférait dessiner c'était les robes de princesse. Et là vous vous dites "Oh c'est pas possible! Moi aussi, c'est fou!" Mais ce que vous ne savez pas c'est que madame Gratouilles en avait fait une science, ou une pathologie psychiatrique c'est selon.
Elle mélangeait savamment le chapeau de Scarlett, avec la robe de Sissi, la coiffure d'Angélique, les pierres précieuses du voyage au centre de la terre, la collerette de Delphine Seyrig, les ombres et les lumières des femmes au jardin, les paillettes de Cyd Charisse avec les ferrets de la reine…
Malheureusement au marché Saint-Pierre, l'alchimie semblait moins bien fonctionner. Elle décida de prendre tout en rose, elle aviserait ensuite mais quand elle rentra elle trouva que son mélange avait un goût de malabar au porcelet. Son angoisse s'amplifia quand elle se posa devant sa machine car coudre du tissu de Barbie c'est compliqué : impossible d'en arrêter les fils. Engluée dans la guimauve madame Gratouilles allait se laisser mourir de mièvrerie quand elle eut l'idée de mettre un peu de Liberty.

Madame Gratouilles n'a pas acheté le livre dont tout le monde parle. Elle a pris un bon vieux livre japonais et a bidouillé le modèle. Elle a fait de nombreuses erreurs qui ont heureusement pu être réparées. Elle a fini ce matin à 5h30, 5h en fait mais elle a passé une demi heure à l'admirer.

IMG_8922

IMG_8923