Ils arrivèrent dans la nuit. Le matin, ils allèrent chercher le petit paquet pour l’amener dans leur lit. Ils s’émerveillèrent des 96 cheveux qui avaient poussé sur son crâne. Ils la virent marcher à 4 pattes, se dresser sur ses jambes pour ouvrir les placards, escalader des obstacles… Elle avait changé… Elle était plus réfléchie, moins solitaire aussi. Elle ne voulait plus rester seule, elle demanda à ses parents de l’aider à continuer l’enquête. Ils décidèrent d'un plan d'action autour d'un bon repas.

Image_28

Elle devait donner rendez-vous à son contact, une espionne en mission dans la région, mais celle-ci ne parlait pas du tout la même langue car elle venait de la blogosphère. Sa mère décida de lui donner quelques petits cours de bloggais pour qu’elles puissent communiquer.
- Ne t’inquiètes pas, je traduirai, lui dit-elle pour la rassurer.
Le dimanche matin, la crevette était prête. Déesse (tel était son nom de code), donna des informations précieuses, des mouvements anormaux de crabes verts avaient été signalés sur la plage. On se dit au revoir et à très bientôt et on se rendit sur les lieux.

Image_29

La plage était déserte pourtant il faisait beau. Elle avait revêtu son petit maillot de bain à Fleurs et découvrait avec émerveillement les joies du sable qui glisse dans les mains. Tout occupée par ce nouvel exercice, elle n'avait pas vu ses parents se rapprocher d'elle discrètement.
-Il faut y aller maintenant.
Il la soulevèrent. La marche fut longue. Elle voyait le sable blond se foncer progressivement et une grande masse bleue se rapprocher dangereusement. La crevette commençait à s'inquiéter. Le vent était devenu plus frais et un grondement régulier qu'elle ne connaissait pas résonnait de plus de plus fort à ses petites oreilles. Ses parents, pourtant, semblaient s'amuser follement. Ils la portaient à tour de rôle, courraient devant elle pour mieux l'observer et lui parlaient de sa mère ou qu'elle allait voir la maire. La maire de quelle ville? Elle n'était pas habillée en conséquence! Elle n'avait préparé aucun discours! Et puis soudain, elle se sentit descendre des bras de sa mère. Elle se pencha pour regarder plus bas et vit l'eau, de l'eau partout, beaucoup trop d'eau, de l'eau qui faisait ce terrible bruit, de l'eau qui éclaboussait, de l'eau à 16° C. Elle se cramponna de toutes ses forces, ses petits pieds remontèrent le plus haut possible mais ils continuaient pourtant à descendre et ils plongèrent dans la Manche. Elle hurla. On la remonta vite, la serra fort dans une serviette bien chaude. Un peu plus loin, sur un rocher, des moules avaient assisté à la scène, hilares, et faisaient claquer leurs coquilles. Des bigorneaux s'étouffaient dans leur bave tellement ils rigolaient. 
-Ha! Ha! Ha! Une crevette qui ne sait pas nager! dit l'un.
- Et qui a peur de l'eau ! dit l'autre. Ça c'est trop fort!
Sous la capuche de sa sortie de bain, la crevette leur lança un regard haineux.
- Ma pauvre, dit une moule, il ne te reste plus qu'à aller à Palourde prier Sainte Jeanne de la coquille!!
La crevette voulu lui jeter une algue à la figure mais dérapa et tomba la tête la première dans le sable. Quand elle se redressa, elle avait un masque terrifiant sur le visage : tous les petits grains étaient restés collés à cause de la crème solaire. S'en était trop pour la crevette qui exigea un rapatriement sanitaire d'urgence à Paris.