En ce moment chez les Gratouilles, le lundi commence toujours vers 12h30.
On se dit qu'on a raté Didier Porte à la radio, on ne commencera donc
pas sa journée en rigolant mais en donnant un biberon.
On se dit aussi qu'aujourd'hui il faut sortir, se bouger un peu les fesses.
Alors on descend les six étages avec la poussette, on la déplie, on s'organise,
puis on remonte chercher la crevette. Une fois que la bête est allongée,
on peut enfin aller chercher son colis à la poste.
Quand on arrive évidemment il y a la queue mais une charmante dame
demande si personne n'a de colis à récupérer, si! moi!
Et on repart aussi vite qu'on est arrivé avec sous le bras sa jolie écharpe
de portage dont on lira attentivement la notice avant de faire tomber bébé
sur le parquet.
On se dit qu'on va continuer la balade jusqu'au Monoprix pour aller voir
les vêtements Petit Pan. On regarde les turbulettes… tellement moins jolies
que celle (la vraie!) dont est couverte la crevette.
On craque quand même sur un petit mobile, et puis
- Oh!!! comme c'est doux…
- Ok j'en ai déjà une mais c'est un prêt, celle ci je pourrais la garder.
- Hum… c'est chéro quand même!
- Oui mais c'est du cashmere, tu aimes le cashmere non?
   et tu sais que c'est vraiment doux pour ton bébé.
- Je pourrais me le faire offrir par quelqu'un.
- Oui mais le temps que ce quelqu'un l'achète, il risque de ne plus y en avoir
   et tu vas le regretter. Prends la en 6 mois tu pourras lui mettre plus longtemps.
- Ah oui tiens ça c'est une bonne idée!
- Oh!!! regarde ils font aussi des pulls sympa pour les plus grandes,
   Fleur va être contente il y a un cœur brodé.
- Bon tu prends tout ça mais tu sorts d'ici tout de suite!

Le mardi c'était l'ostéo, la crevette s'est laissée décortiquer sans problème
en me lançant parfois des regards interrogateurs genre
" tu es sûre de ce bonhomme maman??? "  et à la fin elle était toute souriante
et détendue… un visage que je ne lui connaissais pas.
Alors on s'est dit allons faire des courses. Comme c'est agréable de se faire
véhiculer par les babous. Un stop rue de Tournon pour aller chercher
le précieux nectar puis rue Bonaparte pour prendre de grandes boîtes
de douceurs colorées. Malheureusement je ne vous montre que des miettes,
il n'y en a déjà plus…
Quand je regarde ce butin, je me dis que c'est la parfaite panoplie de la blogueuse
et ça m'énerve un peu… Ce qui m'énerve le plus c'est que le biberon suivant,
Charlie a continué à pleurer… je vais me pencher sur le lait…

monop